borrador 2.jpeg

Esperanza  à Tanger
 

Traduction de Sally Ben

Chaque semaine un nouveau chapitre

0Eugenia.jpeg

Prefacio

Enrique Sancho Bisquerra

Esperanza à Tanger

 

Vidéos et photographies consultables à l’adresse : www.esperanzaentanger.es

 

Alberto Gómez Font, journaliste, linguiste et correcteur du roman

Maquette finale : Ana Sancho Vives

Photos et vidéos : Enrique Sancho et Manuel R. Chappory

** Les données de l’annuaire téléphonique sont exclusivement réservées à la consultation, elles ne peuvent être utilisées à d’autres fins.

 

Aucune partie de cet ouvrage ne peut être reproduite, incorporée dans un système informatique ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans l'autorisation écrite préalable des détenteurs des droits d'auteur. La violation de ces droits peut constituer un délit de propriété intellectuelle.

© Enrique Sancho Bisquerra 2021

 

ISBN: 978 -84 -124225 -1-1

 

Préface

[Enrique]

Dans les lignes qui suivent, je vais expliquer pourquoi le roman s’intitule « Esperanza à Tanger ».

Esperanza Chappory est décédée, à Tanger, à l’âge de 14 ans ; mais elle est toujours parmi nous et dialogue avec son petit-neveu, Enrique. Je suis en train d’écrire non seulement les mémoires de Tangérois, mais aussi leurs opinions sur ce qu’Esperanza a vu et continue de voir en ces plus de 100 ans parmi nous. Le roman se compose de petits chapitres, dans lesquels Esperanza se confie à Enrique et ce dernier (l’auteur du roman) raconte des souvenirs de son enfance et de sa jeunesse vécue à Tanger (du haut de mes presque 70 ans, je continue d’être un enfant).
Le nom que je mets entre crochets […] est celui de la personne qui est en train de parler. Esperanza parle toujours en premier et raconte le début de chaque chapitre, quant à moi, (Enrique), je m’occupe de la fin. Il y a dès lors parfois de petites discussions et des opinions qui peuvent diverger.
La famille Chappory était Tangéroise (comme ça, avec une majuscule), d’origine anglaise. Une famille très fortunée, qui finira désargentée, voire ruinée. La grande résidence Villa Eugenia, avec ses plus de 30.000 mètres de jardins, a été remplacée par trois immeubles hideux, même s’ils conservent la magnifique vue sur le détroit de Gibraltar.

 

[Esperanza]
Enrique, merci pour cette introduction, qui me rappelle mes plus de 100 ans sous ces latitudes, où j’ai vu pratiquement tout ce que l’être humain a de bon et de mauvais ; pouvoir communiquer avec toi me permet de me rappeler, mais aussi de sentir, que je suis encore ici, que je vois toute la famille, les amis et les amis des amis. Une liste interminable. Mais je sais que je ne peux voir l’avenir, ni même l’imaginer car il y a quelqu’un ou quelque chose qui m’en empêche.

Hier, je t’ai vu dans la maison du fils de ma sœur Eugenia ; il semble déjà assez âgé, mais c’est bien normal à ses 92 ans accomplis. Il t’a raconté les voyages qu’ils ont faits à travers l’Europe des années trente, toujours à bord de luxueux bateaux magnifiques. Je te demanderais donc que tu mettes des photos de l’un de ces bateaux et que tu fasses des recherches dans le carnet de voyage que tenait mon beau-frère Emiliano R. Marchena, puisque je sais que tu as une copie de ces carnets.
Tu me dis que tu vas bientôt terminer le roman et qu’il sera publié comme un livre traditionnel, un livre papier, et que, comme tous les lecteurs ont un téléphone portable, ils auront aussi la possibilité de découvrir les vidéos, les photos et les sons que le papier ne peut pas reproduire. Je ne comprends pas très bien comment cela va fonctionner ; tu me parles d’un lien « QR » qui permettra d’accéder à toutes les images, à toutes les vidéos et à tous les sons. J’attends avec impatience de découvrir le livre et ce mariage avec les nouvelles technologies

 

Prefacio

[Enrique]

En las siguientes líneas explico el motivo del título de la novela «Esperanza en Tánger».

Esperanza Chappory falleció a los 14 años en Tánger; pero todavía está entre nosotros, y habla con su sobrino nieto Enrique. Estoy escribiendo no solo memorias de tangerinos sino también sus opiniones de lo que Esperanza ha visto y sigue viendo en estos más de 100 años de su estancia entre nosotros. La novela se compone de cortos capítulos en donde Esperanza le narra cosas a Enrique y este (autor de la novela) cuenta vivencias de su niñez y su juventud en Tánger (sigo siendo niño a mis casi 70 años). 
Para distinguir quien habla pongo entre corchetes su nombre […]. Esperanza  siempre habla en primer lugar y cuenta el principio de cada capítulo, y yo (Enrique) me encargo del final, de forma que a veces hay pequeñas discusiones y contrastes de pareceres.
La familia Chappory era Tangerina (así, con mayúscula) de origen inglés, de gran fortuna y luego venidos a menos, por no decir «a nada». La gran mansión Villa Eugenia, con sus más de 30.000 metros de jardín se ha convertido en tres horripilantes edificios, aunque mantienen la maravillosa vista al estrecho de Gibraltar.

 

[Esperanza]
Enrique gracias por esa introducción, que me hace recordar mis más de 100 años por estos mundos, donde he visto casi todo lo bueno y lo malo del ser humano; el poder comunicarme contigo me hace no solo recordar sino también sentir que estoy aquí, que veo a toda la familia, amigos y amigos de los amigos, una lista interminable, pero sé que no puedo ver el futuro, ni siquiera imaginarlo, pues alguien o algo me lo impide.

Ayer te vi en la casa del hijo de mi hermana Eugenia; ya está viejecito, por lo demás algo normal a sus 92 años cumplidos, y te contó los viajes que hicieron por la Europa de los años treinta, siempre en maravillosos barcos de lujo, por lo que te pido que pongas fotos de alguno de esos barcos y que rebusques en el diario de viaje que mi cuñado Emiliano R. Marchena iba escribiendo, ya que sé que tienes copia de esos cuadernillos.
Me dices que pronto terminarás la novela y que se publicará como un libro tradicional, de papel, y debido a que todos los lectores tienen un teléfono móvil podrán ver los vídeos, fotos y sonidos que el papel no puede dar. No entiendo bien cómo va a funcionar eso que me dices de que a través de un «link» (Qr) se podrán ver todas las imágenes, vídeo y sonido, espero rabiosamente el libro y esa unión con las nuevas tecnologías.

Nous vous envoyons les nouveaux chapitres à votre e-mail

E-mail bien reçu vous recevrez les nouveaux chapitres par courrier électronique